Petit dep © Eva Blue

L’expérience magasinage

La première épicerie (oui, ici on ne dit pas supermarché, on dit « faire l’épicerie ») peut être déroutante. En tant qu’expatrié, on cherche ce qui ressemble le plus à ce que l’on connaît. Voici quelques informations sur l’expérience magasinage qui pourraient vous aider à vous adapter.

Tout d’abord, vous avez les dépanneurs. Ils sont équivalents aux petits commerces en France dans les grandes villes, ouverts toute la nuit et où le litre de lait coûte 5 euros (petite exagération possible). Nous avons donc ici des dépanneurs de « chaîne » : Boni-Soir, Provi-Soir, Couche-Tard, vous saisissez la logique de l’appellation, ainsi que des dépanneurs indépendants, surtout à Montréal. Vous en trouverez aussi à toutes les stations-essence.

Ensuite, les chaînes de supermarchés que vous trouverez partout. Ne nous lançons pas dans la dénomination des commerces de l’île de Montréal, mais des plus gros, ceux que vous trouverez sur l’île mais aussi en région, et qui vous permettra d’être compris par la population québécoise.

Par ordre de prix décroissant:

  • IGA et Métro (pas le souterrain mais l’épicerie, à ne pas confondre).
  • Loblaws, Adonis (là où vous trouverez beaucoup de références françaises) et Provigo.
  • Maxi, Super C et Walmart.
  • Et pour l’intégration suprême: Costco (carte de membre requise) et Mayrand – qui sont des magasins de gros – cf la palette de boîtes de maïs.

Bien sûr, vous avez également les superbes marchés publics de Montréal qui offrent des produits frais et locaux : Le marché Atwater, le marché Jean-Talon, le marché Maisonneuve et le marché Lachine, les marchés de quartier ainsi que les marchés solidaires opérés par des organismes à but non lucratif. Il y a aussi les traditionnelles épiceries biologiques (comme Avril) et celles qui proposent du vrac (comme BulkBarn).

Oubliez les supermarchés à la française où vous pouvez trouver à la fois des bijoux, des vêtements, des livres et autres produits. Ici, mis à part les grandes surfaces comme Costco et Walmart, vous trouverez rarement cette diversité de produits dans un supermarché.

Marché Jean-Talon © Anne-Marie-Pellerin - Tourisme Montreal
Marché Jean-Talon © Anne-Marie-Pellerin - Tourisme Montreal

On dit souvent que le budget épicerie ici est assez conséquent. Pensez à bien magasiner (=comparer), chaque épicerie propose des spéciaux différents chaque semaine qui peuvent faire la différence au bout du compte.

Autre particularité de l’expérience de magasinage au Canada: les pharmacies. On y trouve beaucoup de produits autres que les médicaments. Jean Coutu et Pharmaprix offrent par exemple un rayon alimentaire, des magazines, et un bureau de poste!

Le Centre Eaton de Montréal © Stéphan Poulin

Particularité très appréciable ici (selon les points de vue): les commerces sont ouverts le dimanche! Les grandes enseignes d’alimentation ont des heures d’ouverture assez larges: 8h-20h, parfois 22h, et 8h-16h/17h la fin de semaine. Vous ne connaitrez donc pas, ou rarement, l’affluence du samedi après-midi au Monoprix du coin (certains souvenirs resteront gravés…).

À noter aussi, si ce n’est déjà fait, les prix ici sont hors-taxes. Il faut garder en tête que le prix affiché sera inférieur au prix payé (environ 15% de plus).

Petit bonus pour les Français en manque du pays: en plus d’Adonis où vous pourrez retrouver des produits français (cassoulet, sirops, moutardes et autres), Top Discount, importateur de plaisirs français, est implanté à Montréal!

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Laisser un commentaire